Accueillir ou Accepter ses émotions: que choisir?

Les émotions sont une de nos composantes humaines. Elles sont universelles.

Gérer ses émotions? Libérer ses émotions? Contrôler ses émotions?

Est-ce seulement envisageable?….Peut-être, mais à quel prix?

Un récent congrès de cancérologues s’intéresse sur le rôle des émotions et la maladie….

Je préfère donc l’idée de “accueillir”: leur donner libre cours, plutôt que de lutter contre, ou de tenter de les étouffer.

Accueillir signifie “regarder ce qui est, être présent à ce qui est”.  Cette action génère un sentiment d’immédiateté, d’absence de réflexion et donc une absence d’activation du mental. Laisser le mental galoper via le mode de l’acceptation reviendrait à laisser le jugement, le doute, la défiance…, voire “Pensouillard le hamster” de Serge Marquis, prendre leurs aises et toute la place!

“Accueillir” ce qui est, “ouvrir la porte” me permet de conserver mon énergie pour la suite, quand “accepter” m’oblige à réfléchir en amont (dois-je ou puis-je refuser cette émotion?), à considérer les différentes options possibles, à lutter. Je peux aussi décider de m’obliger à accepter (“je n’ai pas le choix”), et donc à dépenser de l’énergie contre un état que je ne contrôle pas, même si je décide de l’accepter, car je ne l’aurai pas totalement accepté, finalement….et je suis certaine de ne pas m’en sortir de sitôt…

Accepter requiert l’assentiment; donner son agrément exige une réflexion préalable, une pesée du pour et du contre, ce qui sollicite une analyse de ce que je gagne, de ce que je perds, bref…en sus du fait de ne pas avancer d’un yota, je m’égare dans des éculubrations nébulo-méthapysico-négatives: je suis orientée sur la perte, et je souffre.

Si j’accueille mon émotion, alors je la laisse être, vivre, je peux même la nommer (méthode TIPI) , l’observer pour m’aider, jusqu’à ce que le “ballon de baudruche” se dégonfle: l’émotion disparaît aussi vite qu’elle est venue…. c’est tout!

Mon énergie est intacte. Une fois “l’orage passé” (ex: l’angoisse en cas de prise de parole en public), je peux me concentrer à nouveau sur mon message.

Accueillir est recevoir favorablement, accompagner l’arrivée…d’une émotion. Une fois accueillie, je peux en rire, rire de mes croyances qui l’induisent, je peux en jouer, je peux utiliser aussi cette “alerte” bien utile parfois, la remercier d’être là, de veiller sur moi….puis tourner la page une fois qu’elle s’est éteinte d’elle-même, et enfin me recentrer sur mon objectif.

Partager mon émotion me rend plus humain aussi, et déclenche de l’empathie autour de moi. Quand “devenir petit fait émerger la grandeur autour de nous” Isabelle Pavadoni

Et si vous laissiez juste “glisser” vos émotions?

 

Armelle Stoltz vous accompagne sur la “gestion” de vos émotions

Coach professionnelle Professional Certified Coach – ICF (Fédération Internationale de Coaching)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

About Author

armelleS